Art de Tuồng, Chèo

Parmi les arts scéniques classiques, le chèo est un genre théâtral très répandu dans la moyenne région et le delta du Nord, en particulier lors des fêtes et des foires de villages. Une troupe de chèo, le phường chèo, comprend une quinzaine de personnes : un imprésario qui est responsable de l’ensemble ; un lettré, bác thơ (monsieur poète), qui choisit les textes, arrange les répliques et distribue les rôles, sept ou huit acteurs aux emplois différents, féminins, masculins, vieillards, mégère et surtout bouffon, et un orchestre de 3 ou 4 musiciens dont l’élément principal est la percussion. Les artistes sont d’ordinaire des cultivateurs occupés par les travaux des champs. Lors des festivités, ils sont appelés par l’imprésario ou par le poète à se rassembler pour aller donner des représentations pendant plusieurs mois, et ne rentrent qu’aux moissons.

Non moins prisé est le tuồng (appelé hát bội dans le Sud) qui se divise en deux sortes: le tuồng thầy (tuồng maître) encore appelé tuồng pho, apprécié dans la haute société (la Cour impériale et les mandarins) et le tuồng trò (tuồng élève), plus populaire. Le tuồng thầy subit largement l'influence du théâtre classique chinois, tandis que la forme populaire est beaucoup plus proche du chèo, profondément marquée par les caractères culturels nationaux. Le tuồng s’est fortement développé à partir de la dynastie des Trần et a atteint son apogée vers les XVIII-XIXe siècles. Du moindre village jusqu’à la Cour impériale, du Nord au Sud, cette forme théâtrale a connu un véritable engouement. La Cour des Nguyễn a même institué le comité Hiệu Thư (Direction des lettres) pour rédiger et mettre au point les livrets. Une chanson populaire du Nord dit:

Tháng năm ngày tám nằm suông

Nghe giục trống tuồng bế bụng đi xem.

(Au 8e jour du 5e mois [de grossesse], on reste couchée à ne rien faire

A l’appel pressant du tambour du tuồng,

On prend son ventre sous ses bras et on va voir !)

Tandis que dans le Sud, c’est:

Má ơi, đừng đánh con đau

Để con hát bội làm đào má coi.

(Maman, ne me fais pas mal en me corrigeant

Je jouerai la jeune première du hát bội pour toi toute seule)

11/02/2017

Commentaire

Dernières questions

Posez votre question

Nom et prénom (*):
Email (*):
Question (*):